Rochefort-en-terre
Voyages

Un week-end en van à Rochefort-en-Terre

Départ : Saint-Nazaire
Durée du trajet: 1h10
Véhicule : Van T5 Volkswagen
Vanlifer friendly : bof, 1 seul camping aux alentours

Après la découverte de Noirmoutier, nous avons mis le cap sur le Village préféré des Français 2016, à savoir Rochefort-en-Terre dans le Morbihan. Un peu plus d’1 heure de route en van seulement pour un dépaysement total.

Rochefort-en-terre, coeur de pierre

Rochefort-en-Terre a des airs de chemin de Traverse. Ou bien de plateau de cinéma pour des scènes de films de chevaliers. Ou bien d’un passage du roman Au Nom de la Rose. Bref, c’est un village pittoresque au charme indéniable mais il faut prendre son temps pour en apprécier tous les atouts.

rochefort puits

Nous arrivons à Rochefort-en-Terre aux alentours de 12h30 par une route un peu sinueuse et pentue. La physionomie des lieux change radicalement de notre bonne vieille presqu’île guérandaise. Les abords des routes sont boisés, verdoyants, légèrement vallonnés. Les façades des maisons en pierres sont un peu grisées comme des nuages un jour de tempête. Cette même pierre lourde et suintante par temps de pluie est partout, pas de doute nous sommes bien en Bretagne !

rochefort-en-terre

Nous sommes à la mi-septembre et nous pensons candidement que l’afflux de touristes a dû bien se tarir. Spoiler : nous avions tord ! Même si l’affluence est moindre, les ruelles sont très animées, le va-et-vient dans les boutiques bat son plein. Nous trouvons néanmoins une place où garer le van sur le parking du château, à quelques minutes à pieds du coeur névralgique de Rochefort-en-Terre.

Rochefort-en-terre, le charme en détails

Dès le départ de la balade, le coup de coeur pour Rochefort-en-Terre est indéniable. Les petites rues pavées, l’architecture des maisons parfois à pans de bois et encorbellement, la profusion de fleurs aux coloris chatoyants, les gargouilles qui surgissent des murs, les marquises qui sont comme des chapeaux pointus… Une foultitude de détails indépendants participent au charme général de Rochefort-en-Terre.

Rochefort-en-terre
Rochefort-en-terre
Rochefort-en-terre

Nous avons à peine le temps de flâner, c’est plus que l’heure de déjeuner ! Le centre-ville dispose de nombreux restaurants mais il y a du monde et nous avons raté le premier service. Commence alors une longue procession pour trouver un établissement qui ne soit pas complet et qui propose un second service ^^. Notre quête prendra fin 45 minutes après moult refus ! Nous avions repéré un petit restaurant avec une terrasse fort sympathique, Le Rouge. Las, il était complet mais en repassant devant 30 minutes plus tard, une table s’est libérée en extérieur. Le jeu en valait la chandelle et c’est une adresse fortement recommandable ! Le Rouge propose une cuisine du monde aux saveurs diverses : asiatique, africaine, mexicaine… Il faut absolument tester l’assortiment de tapas en entrée avec un vrai houmous fait maison, du fromage de brebis qui sirote dans une huile d’olive bien épaisse, la bruschetta savoureuse et goûtue… Ragaillardis par ce festin, nous entamons la découverte du château, enfin plutôt de ses ruines où une belle surprise nous attend.

Rochefort-en-terre
tapas du rouge
Quelques tapas du rouge

Un château, des monstres et une sorcière

Nous sommes en pleine journée du patrimoine et pour l’occasion, le Cercle Cubik dédié aux arts imaginaires à pris possession des lieux… Le sentiment d’être dans une BD médiéval-fantastique nous envahit et colle parfaitement à l’aura de mystère qui plane sur Rochefort-en-Terre. Si vous ne le savez pas encore, la petite cité de caractère est plus énigmatique qu’il n’y paraît. Sous ses abords de village paisible et charmant, plane en effet  l’ombre de Naïa, la sorcière locale… Et cela tombe bien puisque nous avons réservé une visite guidée consacrée à l’ombrageuse « guérisseuse ». En attendant, nous assistons à un superbe spectacle où les machines animées et menaçantes nous font penser à un film de science-fiction. À Rochefort-en-terre, tout est magie et rêverie, du dépaysement à l’état pur. 

La visite organisée par l’office du tourisme de Rochefort-en-Terre, débute sur la place des anciennes halles. Justine, la guide-conférencière nous propose une découverte mêlant patrimoine et mysticisme local.

Naïa
Naïa la sorcière

Nous en apprenons plus sur la genèse de Rochefort-en-Terre, (le nom vient de « roche forte » et le « en-terre » a été rajouté bien plus tard quand le service des PTT de l’époque qui s’emmêlait bien les pinceaux avec les villes au nom identique a décidé de rajouter les « sur-Mer », « en-Terre »…), sur son histoire et sur son développement touristique (les pavés des ruelles ne sont pas séculaires mais assez récents). Et puis le sujet de Naïa la sorcière revient prendre possession de la visite.

Rochefort-en-terre

Naïa est une femme ayant réellement existé à la fin du XIXème siècle et qui vivait près du château de Rochefort-en-Terre, juste à côté du musée qui lui est dédié, le Naïa Muséum. On l’a dit guérisseuse, voyante, médium mais on lui prête aussi des dons plus originaux comme le don d’ubiquité. Deux frères affirment à l’époque l’avoir vu au même moment dans deux lieux très éloignés l’un de l’autre. Pour autant, pas de chasse à la sorcière, ni de bûcher pour Naïa ; la Bretagne est une terre de mysticisme qui tolère bien volontiers les légendes ésotériques.

Cette balade guidée sur les traces de Naïa nous ramène au château dont l’architecture rappelle davantage une grande longère, qu’une forteresse médiévale. Et pour cause, il s’agit de l’ancienne bâtisse des domestiques transformée en demeure bourgeoise par la famille Klots qui a « investi » et parié sur Rochefort-en-Terre dès 1904.

château rochefort en terre
Le château de Rochefort-en-Terre
Le château de Rochefort-en-Terre
Porte sculptée et linteau ornementé du château de Rochefort-en-Terre

L’écurie-librairie et la cabane du baroudeur

La fin de la visite guidée touche à sa fin et nous manquons malheureusement de temps pour la clore avec le Naïa Muséum dédié aux arts de l’imaginaire. Ce n’est que partie remise, nous reviendrons sans hésiter à Rochefort-en-Terre ! Avant de nous rendre au camping, nous faisons une pause bien méritée sur la terrasse de l’insolite librairie qui se trouve à l’entrée des ruines de la forteresse médiévale. Une charmante demeure qui s’avère être en réalité d’anciennes écuries !

La librairie Sainte-Hortense est sans doute l’une des plus jolies que j’ai eu l’occasion de voir. Les box des chevaux en bois et fer forgé ont été conservés pour une ambiance qui ne manque pas de cachet !

La journée touche à sa fin et il est temps pour nous de prendre possession de notre propre demeure pour la nuit ! La météo annonçait de la foudre et la tempête (il a fait 27 degrés et plutôt beau…) alors plutôt que de louer un emplacement pour dormir dans le van, nous avons opté pour une solution plus confortable : la chambre du baroudeur !

Le camping Au Gré des Vents est à l’entrée de la ville et c’est le seul aux alentours ! Il est agréable, bien entretenu et dispose d’une piscine couverte que nous n’avons malheureusement pas pu tester. La chambre du baroudeur est une excellente surprise, il s’agit d’un petit chalet en bois, quasi-neuf et disposant de sa propre salle de bain. En sus, une terrasse bien agréable pour profiter de la météo clémente et d’un apéritif dinatoire :).

La Chambre du baroudeur, camping Au Gré des Vents
camping gré des vents rochefort en terre
La chambre du baroudeur au camping Au gré des Vents
chambre du baroudeur Rochefort-en-terre
La salle de bain, neuve et fonctionnelle
Rochefort-en-terre, camping au gré des vents

Rochefort-en-Terre, les infos pratiques

  • Quand visiter Rochefort-en-terre ? Si vous le pouvez, évitez de visiter Rochefort-en-Terre pendant la saison estivale, c’est noir de monde ! Difficile alors de trouver une place de parking ou de garer un véhicule imposant de type van. Le printemps et l’automne semble être les saisons idéales mais le village de Noël de Rochefort-en-Terre est très connu aussi. Attention toutefois, la guide nous a dit que la ville attend encore l’autorisation du préfet pour organiser ce fameux marché de Noël.
  • Où manger ? Nous n’avons testé que Le Rouge mais nous sommes formels, c’est une excellente adresse !
  • Où dormir ? Pas trop de choix, un seul camping aux alentours, Au Gré des Vents mais il est bien et la chambre du baroudeur est une autre alternative à la nuit en van 😉
  • À visiter : le bourg forcément, les ruines de la forteresse et le parc du château, le Naïa Muséum
  • Où se garer : le parking du château est idéal pour débuter la visite

Comments

Micha
18 octobre 2020 at 18 h 16 min

Ouii je confirme c’est un super village. Le musée de Naïa est à faire si vous avez l’occasion d’y retourner ! J’en ai de très bons souvenirs en tout cas 😊



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.